Claudine Munari MABONDZO est née en 1954 à Pointe-Noire, la capitale économique du Congo-Brazzaville de la deuxième ville. Elle fait une partie de ses études au Congo avant de les poursuivre en Roumanie puis en France où elle obtient un DESS (Diplôme d'Études Supérieures Spécialisées) en Économétrie (L'économétrie est une branche de la science économique qui a pour objectif d'estimer et de tester les modèles économiques, à partir de données issues de l'observation du fonctionnement réel de l'économie ou provenant d'expériences contrôlées). Munie de ces reconnaissances académiques, cette dame au visage assez profond et ferme a d’abord travaillé chez Citroën, un constructeur automobile en France, de 1976 à 1981. Par la suite, elle est revenue au Congo et a été le Directeur administratif et financier de la CIA, un cabinet de conseil français, de 1982 à 1991.

Madame Munari fut la toute puissante directrice de cabinet sous la présidence de Pascal Lissouba entre 1992 et 1997. Certaines langues proches du pouvoir racontent qu’elle faisait la pluie et le beau temps de tous ceux qui tournaient du pouvoir du professeur Lissouba. Après la guerre du 5 juin qui marquait la fin de leur pouvoir, elle avait été nommée par la suite ministre du Commerce sous le gouvernement de Sassou. Nomination qui a suscité quelques commentaires quand on sait que Sassou Nguesso est le tombeur de son mentor Pascal Lissouba. Signe de réconciliation du nouveau pouvoir qui veut poser des actes forts pour booster l’unité nationale ou récompense pour service rendu? Dans tous les cas, elle n’est pas la seule personne au cœur de l’ancien régime à faire partie du système Sassou. Il y a aussi l’ancien ministre de l’intérieur, Martin Mberi.

Comme ministre du commerce, Claudine Munari Mabondzo s’est battue notamment pour la règlementation du prix du ciment qui variait en fonction des caprices des commerçants. Elle n’hésitait pas à s’appuyer sur les forces de l’ordre pour traquer tous les récidivistes. La question de la révision constitutionnelle initiée en secret par le pouvoir de Sassou n’entre pas dans les vues de cette dame. Elle crie à haute voix son refus tout en soutenant le maintien de l’ancienne loi fondamentale de 2002. Elle est remerciée du gouvernement lors du réaménagement gouvernemental de 2014.

Claudine MABONDZO est actuellement présidente du MUST, membre de l'IDC et candidate à l'élection présidentielle. C’est l’unique femme parmi les neuf candidats retenus par le conseil constitutionnel pour la course à la magistrature suprême en mars 2016.

Suivez toute l'actualité de campagne de Claudine Munari Mabondzo

 

Add comment


Security code
Refresh